Il faisait déjà nuit et je n'avais toujours pas trouvé la Vénus de Milo. Récemment arrivé à Paris, je m'étais rendu au musée du Louvre, comme tout touriste digne de ce nom. Aux horaires de fermeture, bien entendu! Et comme tout touriste digne de ce nom, j'étais venu voir la Joconde et la Vénus de Milo. Mais quelle idée ? J'étais complètement perdu dans les salles du musée !
 
Je commençai à injurier le plan que je tenais entre les pattes lorsque je tombai sur un couple de rats forts bien habillés.
« Bonjour, vous aussi vous visitez ? Demandai-je
- Bonjour ! Non, nous habitons le palais, me répondit le rat.
- Ha ? Bon. Dans ce cas, pourriez-vous me renseigner ? Je cherche la Vénus de Milo. »
Le rat m'indiqua le chemin et sa femme le pressa. « Venez, très cher, nous allons être en retard au cocktail ».
« Dis donc, c'est guindé par ici » me dis-je en les regardant s'éloigner.
 
Je réussis tant bien que mal à trouver ma Vénus. Mon dieu, quelle beauté ! Quelle grâce ! Quelle taille sublime !
« Psss… hé, psss. »
Je me retournai mais ne vis personne. Avais-je bien entendu ?
« Psss, hé, toi là, le rat… tu peux me gratter le dos ? »
Ça alors… la tête de Vénus était penchée dans ma direction. Était-ce elle qui me parlait ? Non non, impossible… Je fermai les yeux un instant et les rouvris pour être sûr de ne pas rêver.
« Bon, alors, ça vient ? Allez, ça me gratte ! S'il te plaît !
- Euh… oui oui, bredouillai-je.
Mais comment monter jusqu'à son dos ? Je grimpais sur l'énorme socle de la statue et me mis à escalader la Vénus.
« Hi, hi, tes petites pattes me chatouille ! »
Une fois arrivée sur son épaule, elle m'indiqua l'endroit exact et je grattai le marbre froid. Je profitai de mon altitude pour jouir de la vue sur les autres antiques de la salle.
« Pas facile de se gratter quand on n'a pas de bras…, murmurai-je.
- On m'a retrouvée comme ça, les bras cassés. Ma nudité et ma sensualité m'ont valu le nom d'Aphrodite, ou Vénus, déesse de l'amour (dit-elle non sans fierté !), mais peut-être suis-je Amphitrite, déesse vénérée sur l'île de Mélos, dans l'archipel des Cyclades, en Grèce, où j'ai été retrouvée. J'ai été cachée dans une crypte, sous terre, durant si longtemps que j'ai perdu la mémoire. Et sans bras, donc sans attributs, on ne saura sans doute jamais qui je suis... »
 
Quel mystère, me dis-je. Je la remerciai pour son explication et lui dis que je souhaitais voir la Joconde.
« Oh, tu sais, la Joconde, elle ne te dira rien… depuis qu'elle est derrière une vitre blindée, elle ne peut plus parler à personne…
- Une vitre blindée ??
- Oui, elle est très fragile tu sais, le bois dont elle est faite est déjà très dégradé. Sa vitrine climatisée la maintient à un niveau d'humidité et une température adéquats. C'est pour son bien, c'est sûr, mais elle se sent très seule, la pauvre chérie ! Avant, elle discutait avec les fêtards des Noces de Cana, le tableau de Véronèse face à elle. »
 
Intéressante, mais un peu arrogante, cette déesse. Non, mais, pour qui elle se prend ? Je suis pas son larbin moi ! Elle a du prendre la grosse tête avec le succès. Comme quoi, les apparences sont parfois trompeuses ! La prochaine fois, elle pourra toujours se gratter… Mais en m'éloignant je la regardai une dernière fois, et le charme de sa silhouette me fit tout oublier. M'avait-elle vraiment parlé ?
 
 
Émile, le petit rat du patrimoine
 
 
 
 
Author: 
Emile

Comments

It's a pity you don't have a donate button! I'd most certainly donate to this brilliant blog! I suppose for now i'll settle for book-marking and adding your RSS feed to my Google account. I look forward to new updates and will talk about this blog with my Facebook group. Talk soon! My web-site - David Rohl

Thanks David again. What is your FB group and your website?

Add new comment